Rayon : Off
Rayon :
km Set radius for geolocation
Rechercher

Le cerveau et la schizophrénie

Le cerveau et la schizophrénie
schizophrénie

Du point de vue fonctionnel

Avec les techniques actuelles d’examen comme l’IRM et le scanner, les chercheurs ont pu mettre en évidence des anomalies sur certaines structures du cerveau, qui rendraient la personne plus vulnérable à la schizophrénie. On retrouve ainsi par exemple une dilatation des espaces liquidiens du cerveau comme le 3ème ventricule cérébral, des anomalies au niveau de la structure des neurones, des défauts de connectivité entre les neurones…

Les anomalies les plus significatives se retrouvent au niveau du cortex pré frontal (fonctions exécutives1), du cortex temporal (langage) et du complexe amygdalo-hipoccampique (régulation des émotions). C’est probablement dans les interactions entre les différentes zones du cerveau que se situe le problème. Les anomalies constatées font penser à un trouble du développement du cerveau, survenu pendant la grossesse (probablement au deuxième trimestre). Ce trouble pourrait être d’origine génétique ou infectieuse, il pourrait aussi s’accompagner de difficultés lors de l’accouchement.

Plusieurs causes pourraient agir en interaction

Cependant, les anomalies découvertes ne sont pas identiques chez tous les malades. Etant donné la diversité des symptômes que présentent les schizophrènes, il est possible que l’on soit face non pas à une seule maladie mais à plusieurs maladies voisines qu’on a encore du mal à différencier. Il reste encore beaucoup de travail aux chercheurs pour affiner leurs résultats et trouver des traitements vraiment adaptés à chaque cas.

Les fonctions exécutives sont les fonctions cognitives dites de haut niveau. Elles permettent d’avoir un comportement flexible et de s’adapter au contexte. Ce terme regroupe par exemple des fonctions comme la planification, la mémoire de travail, la pensée abstraite, l’apprentissage de règles, l’attention sélective… 

Le cerveau et la schizophrénie 

Dans la schizophrénie, le cerveau semble en difficulté pour faire la différence entre ce qui vient de soi et ce qui vient des autres. On voit par exemple que les hallucinations, qui sont une production du malade lui-même, ne sont pas reconnues comme telles. Les compétences sociales semblent aussi touchées. Les malades ont du mal à reconnaître les expressions du visage, ils ont du mal à exprimer et ressentir des émotions, ont l’impression d’être persécuté par autrui…

On parle aussi d’atteinte des fonctions exécutives : ce sont les fonctions cognitives dites de haut niveau. Elles permettent d’avoir un comportement flexible et de s’adapter au contexte. Ce terme regroupe par exemple des fonctions comme la planification, la mémoire de travail, la pensée abstraite, l’apprentissage de règles, l’attention sélective…

Pour aller plus loin sur le sujet :

Définition de la schizophrénie

La psychose et la schizophrénie 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec